Vous êtes ici :

Guépards du Bénin : la défense, le gros chantier de cette trêve internationale

Défense Guépards
Défense Guépards
Défense Guépards
Défense Guépards

Le Bénin va affronter la Sierra Leone et Madagascar durant la trêve internationale du mois d’octobre. C’est le premier rassemblement des Guépards depuis leur non-qualification pour la prochaine CAN. Deux échéances qui permettront au sélectionneur Gernot Rohr de faire de nouvelles expérimentations. Ce sera aussi l’occasion de renforcer des secteurs défaillants. 

Il y a encore quelques années, le Bénin était vanté pour sa solidité défensive, notamment sous l’ère Michel Dussuyer. À défaut de beaucoup marquer, l’équipe était capable de ne pas prendre de but pour gagner sur son score fétiche, 1-0. Depuis, non seulement le secteur offensif n’est pas plus performant, mais la défense est devenue le talon d’Achille des Guépards, en plus du manque de certitudes dans les cages. 

Une page qui se tourne 

Khaled Adenon est l’un des absents notables de la liste de Gernot Rohr. Durant plus d’une décennie, il a été le patron de la défense de l’équipe nationale. C’est une grande page de l’histoire du football béninois qui se tourne progressivement. L’occasion d’installer officiellement une charnière centrale. Le duo Verdon-Hountondji, qui était jusqu’ici expérimental, souvent aligné par contrainte. Les conséquences ont été fatales lorsque Gernot Rohr a dû les mettre ensemble pour le match décisif face au Mozambique en l’absence de Khaled Adenon, suspendu. 

Une charnière jugée un peu sévèrement

Il y a beaucoup de choses à reprocher à cette charnière centrale qui n’a jamais vraiment rassuré. Mais il faut garder à l’esprit qu’il n’y a pas beaucoup d’automatismes entre Olivier Verdon et Cédric Hountondji. Leur profil est similaire, ce qui fait qu’ils ont à peu près les mêmes lacunes, notamment dans la profondeur. Les Mozambicains ont beaucoup exploité cette faille. Mais malgré tous ces facteurs, il faut se rendre à l’évidence que potentiellement, c’est la meilleure charnière possible qu’on puisse aligner. Que ce soit sur les qualités intrinsèques ou la régularité en club, il s’agit des deux meilleurs défenseurs de la sélection.

Il faut leur laisser du temps

Le seul moyen de rendre performante cette charnière, c’est de les faire jouer ensemble plus souvent. Certes, sur le papier, ça semble ne pas matcher entre Verdon et Hountondji, mais c’est au fil des matchs qu’ils pourront trouver de la complémentarité, avoir des automatismes. Les matchs amicaux sont justement faits pour ça. Verdon et Hountondji auront de nouveau l’occasion d’évoluer ensemble face à la Sierra Leone et Madagascar. Par contre, il va falloir vite donner un minimum de garanties après cette trêve internationale. Le Bénin aura besoin de retrouver sa solidité défensive en vue des éliminatoires pour la prochaine Coupe du monde. La qualification pour le mondial est l’objectif affiché de Gernot Rohr.

Votre bulletin d’informations…

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Votre bulletin d’informations…