Vous êtes ici :

Loto-Popo vs Coton FC : une rivalité naissante

Ce dimanche, aura lieu l’affiche au sommet du championnat entre Loto-Popo leader, et Coton FC champion en titre et dauphin. C’est le match le plus relevé du championnat, les deux clubs s’étant imposés comme les nouvelles places fortes du football béninois. Un mano a mano qui peut devenir iconique sur les prochaines années et créer une rivalité.

Coton FC et Loto-Popo sont deux équipes qui ont quelques points communs. Ils se sont forgés à peu près de la même manière pour l’objectif principal qui est de dominer le football béninois sur les prochaines années. Et c’est là que les premiers signes de rivalités apparaissent. 

Deux nouveaux ogres

Le premier point commun entre les deux équipes, c’est qu’il s’agit de deux clubs assez récents. Tout d’abord, il est important de rappeler que Loto-Popo a comme “ancêtre”, le club d’Esae FC. De son côté, l’ancêtre de Coton a pour nom, Taneka qui a été racheté par les dirigeants du club. Deuxième point commun, l’on parle là de deux “nouveaux riches”. Les deux clubs ont été les grands bénéficiaires de la révolution au niveau des clubs dans le football béninois. Les équipes doivent être à présent des sociétés sportives. Financés par de grandes sociétés et des particuliers, ces deux clubs ont le moyen de leur politique. 

Troisième point commun, les clubs ont remporté le championnat dès leur première année dans l’élite. Et c’est là que se trouvent les fondements de ce qui pourrait devenir une grande rivalité. Loto-Popo, champion du Bénin en 2020-2021, revient la saison suivante avec l’intention  d’enchaîner un deuxième titre consécutif. Mais les Lotoboys seront confrontés à un gros problème. Entre-temps, un nouvel ogre a fait son apparition, Coton FC. Le club de Ouidah ravit la vedette à Loto-Popo et s’adjuge le titre. Les champions en titre comptent rééditer l’exploit tandis que Loto, champion déchu, veut reprendre ce qui, selon lui, est le sien. Il n’en faut pas plus pour mettre le feu au poudre pour cette nouvelle saison. Après un long duel à distance, les deux équipes vont enfin se retrouver en face à face.

Un contexte favorable 

C’est un élément également important pour installer une rivalité. Les deux protagonistes font figure de locomotive du football béninois au niveau des clubs. Et ce à un moment où la formule du championnat a changé. Que ce soit dans leurs zones respectives en Ligue Pro ou en Super Ligue Pro, ils sont archi-favoris. Une grande rivalité qui va au-delà du sport, sans forcément provoquer une animosité. Il faut pour cela que les deux formations représentent de grandes villes. Loto pour Grand-Popo, incarne l’émergence de la cité balnéaire. Ouidah, ville historique et mondialement connue, compte se faire connaître autrement que par l’histoire de l’esclavage. Et Coton FC se présente comme un digne ambassadeur. Enfin, qui dit meilleurs clubs dit meilleurs joueurs. La crème du championnat en termes de footballeur est concentré dans ces deux clubs. Des internationaux béninois comme Salim Bawa pour Coton et Imourane Hassane pour Loto. Les meilleurs joueurs étrangers sont également dans ces deux équipes. Razack Bénin (Burkina Faso) pour Coton et Faissal Bashir (Nigeria) pour Loto. 

Le futur Classico ?

En l’état actuel des choses, le Classico béninois reste quoiqu’on en dise le match Dragons de l’Ouémé vs Requins de l’Atlantique. Mais cela pourrait ne pas être éternel si ces deux monuments ne retrouvent pas leur standing. L’avantage pour Coton FC et Loto-Popo est que leur rivalité coche progressivement les cases pour devenir un classique du championnat. Il y a d’abord un contexte historique qui prend forme. Ce qui a aussi été le cas pour Dragons et Requins. La rivalité entre ces deux là a aussi pris une grande dimension lorsqu’on est passé à un championnat où chaque club représentait son département. De plus, les deux clubs doivent leur puissance dans les années 70-80 au pouvoir financier de leurs dirigeants. C’est dire donc qu’il y a des similitudes dans le processus. Reste à présent à ce que la rivalité tienne sur la durée avec les faits qui caractérisent une rivalité. Des matchs d’anthologie, des trahisons de joueurs qui vont d’un club à l’autre. Les meilleurs joueurs doivent continuer de jouer dans ces deux équipes. On a eu Expédit Dossou-Gbété et Stéphane Sessegnon chez les Requins, Do-Rego Sadou et Mouri Ogoubiyi pour les Dragons. Un autre facteur, il faut que les deux équipes sortent clairement du lot. Aujourd’hui, Buffles qui était le seul club historique qui tenait la concurrence, est en déchéance. Ce qui laisse la place à Coton et Loto pour étendre leur hégémonie. Une rivalité qui est somme toute la bienvenue. Le football béninois en a besoin. Le prochain défi est aussi de faire des résultats en compétition africaine. Ça fera partie des choses sur lesquelles chacun sera jugé et sur lesquelles ils seront départagés dans les prochaines années au moment du bilan. 

Votre bulletin d’informations…

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Votre bulletin d’informations…