Vous êtes ici :

Mondiaux de Pétanque Bénin 2023: comme si on ne nous disait pas tout (Analyse)

Le ministre des sports a eu une entrevue avec les responsables de la Fédération Béninoise de Pétanque pour discuter de l’organisation de la 50e édition des mondiaux de pétanque. Il en ressort qu’un espace sera aménagé derrière l’esplanade de la place de l’Amazone. Ce qui signifie qu’une fois encore, le boulodrome qui devait être construit pour la compétition, ne sera pas livré à temps.

On peut désormais le dire sans se tromper. Le Bénin va abriter les mondiaux de Pétanque. Ce sera cependant à la suite d’un long feuilleton qu’on a crû interminable. Plusieurs faits qui méritent des éclaircissements. Mais avant de faire la lumière sur l’affaire, ou du moins essayer, faisons rapidement un flashback pour se remémorer les évènements.

Un cadeau…empoisonné 

Le Bénin est choisi pour abriter la 50e édition des Mondiaux de pétanque. Grande était la joie et la fierté côté béninois à l’annonce de la nouvelle. Une consécration pour ce petit pays d’Afrique de l’Ouest qui réalise des performances notables dans la discipline depuis quelques années. Le Bénin a terminé vice-champion de la compétition en 2016 à Madagascar. Idrissou Bouraïma, président de la Confédération Africaine des Sports Boules a contribué au succès de la candidature béninoise. Au-delà du côté sportif, c’est aussi l’occasion de vendre au mieux la destination Bénin. Le gouvernement béninois s’engage donc à faire de l’organisation une réussite. 

Mais très vite, l’enthousiasme laisse place à l’inquiétude. Le Bénin ne semble plus prêt à tenir l’organisation de la messe mondiale de la pétanque dans les délais. En cause, la construction du boulodrome devant permettre le bon déroulement de la compétition. Les mois qui passent nous éloignent d’une éventuelle ténue des Mondiaux en décembre 2022. Ce qui laisse place aux suspicions. On craint le scénario dans lequel le Bénin perdrait l’organisation de la compétition. Tout le monde retient son souffle 

On a frôlé le pire, deux fois 

Le 6 août 2022, le public sportif béninois pousse un ouf de soulagement. Le président de la CASB, Idrissou Bouraïma annonce que le Bénin accueillera bel et bien la compétition. Cependant, petit changement de programme, les mondiaux passent de décembre 2022 à septembre 2023. Mais à condition que le Boulodrome soit fin prêt. Claude Azéma, le président de Fédération Internationale de Pétanque et de Jeu Provençal s’est déplacé au Bénin. Celui-ci est reparti avec l’engagement du ministre des sports, Oswald Homeky, à faire en sorte que la construction du boulodrome répondant aux normes internationales soit effective. D’autres visites seront effectuées par Idrissou Bouraïma et les responsables de la Fédération Béninoise de Pétanque pour voir l’évolution de la construction dudit boulodrome. 

Jusqu’en janvier, l’heure était à l’optimisme. Mais une fois encore, le projet semble prêt de faire de nouveau choux blanc. Si la décision de maintenir la compétition était censée être irrévocable, la menace plane toujours sur le Bénin. Et d’autres pays ne seraient pas contre l’opportunité de reprendre l’organisation de la compétition. 

Le Bénin s’en sort in-extremis 

La rencontre du 18 Mars dernier entre le comité exécutif de la FBP et celle de la CASB s’avérera décisive. Dans un climat où la sérénité n’est pas de mise côté FBP, Idrissou Bouraïma fera une proposition qui va tout changer. À défaut d’un boulodrome fonctionnel, ce dernier a suggéré l’installation de deux chapiteaux pour abriter la compétition. Le tout en ajoutant ceci : « Je ne vois pas pourquoi cela ne se tiendra pas au Bénin en septembre 2023. Je voudrais que vous priez les boulistes nationaux et internationaux à ne pas se fier aux langues malveillantes ». Cette déclaration a redonné l’avantage au Bénin. Puis moins d’un mois plus tard, le sort est scellé. 

Au sortir de la rencontre entre Oswald Homeky et la FBP, on en sait plus sur l’organisation du 50e championnat de monde de Pétanque qui se tiendra bien sûr sur les terres béninoises. Cependant, si tout semble aller à présent dans le meilleur des mondes, il y encore beaucoup de points d’ombres dans cette affaire. 

Il y a anguille sous roche 

Ce qui a entraîné tout ce micmac depuis plus d’un an, c’est bien évidemment la construction du fameux boulodrome pour la compétition. Malgré les chances données par les instances faîtières de la discipline, le Bénin n’a pas réussi à respecter son engagement. N’ayons pas peur des mots, c’est un premier échec du camp Bénin dans l’organisation de cette compétition d’une envergure mondiale. Le gouvernement béninois a aussi sa part de responsabilité, lui qui voyait dans cette organisation, l’opportunité de vendre le Bénin sur un plan touristique. La question qu’on est en droit de se poser est de savoir pourquoi le boulodrome n’est toujours pas prêt. 

Une chose est sûre, les travaux ont été ralenti à un moment donné. En Janvier, Yaya Garba, le président de la FBP, avait  la certitude que dans six mois, donc juin, tout serait prêt. Quelque chose a donc bloqué la bonne évolution des travaux. Deux hypothèses sortent du lot. «Véritablement, l’entreprise est prête pour les travaux. Si tout va bien et nous arrivons à débloquer le dédommagement des deux qui restent sur des milliers qu’ils étaient, le délai contractuel sera respecté», c’est ce qu’avait déclaré Yaya Garba. L’on est en droit de se demander si tout le monde a été dédommagé à temps. Mieux, si les milliers évoqués avaient effectivement été dédommagés. Aussi, faut-il souligner que plusieurs autres travaux étaient en cours sur la période. Cela a peut-être empiété sur la construction du boulodrome. C’est un facteur qui serait tout à fait plausible s’il y a une hiérarchie définie dans l’exécution des travaux par ordre de priorité. Pour l’instant, beaucoup de questions restent posées. Des questions qui resteront peut-être sans réponse à moins que les acteurs directement impliqués s’expliquent.

Votre bulletin d’informations…

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Votre bulletin d’informations…