Vous êtes ici :

Il suffisait juste de conserver l’avantage (Analyse tactique Rwanda-Bénin)

Comme à Cotonou il y a une semaine, les Guépards du Bénin ont de nouveau fait match nul 1-1 face aux Amavubis du Rwanda. Un résultat frustrant qui compromet encore plus les chances du Bénin de se qualifier pour la prochaine CAN. Même étant loin d’avoir fait un grand match, l’on se rend compte que les hommes de Gernot Rohr avaient de quoi aller chercher les trois points. On revient sur trois aspects tactiques. 

Le Bénin confirme ses difficultés à faire un résultat à l’extérieur. Les Guépards peuvent nourrir des regrets au vu du scénario du match. Mais la première mi-temps a été loin d’être à l’avantage des Béninois.

Le Rwanda plus en confiance chez lui

Le fait d’être à domicile aura été un facteur très important durant cette double confrontation. Le Bénin s’est montré largement dominateur au match aller. On n’en dira pas autant de l’équipe du Rwanda. Cependant, l’équipe aura montré plus de choses sur ce match retour. L’équipe démarre certes en 4-1-4-1 comme au match aller, mais cette fois avec des fonctionnalités différentes. La ligne de quatre au match aller était là pour contrer les assauts adverses ensuite voir les possibilités de contre-attaque. Mais ce n’est pas le seul principe lorsqu’on a un milieu aussi densifié. Le Rwanda voulait cette fois véritablement remporter la bataille du milieu de terrain. 

Le Bénin plus bas, a permis aux Amavubis d’avoir plus de phases de possession. Kevin Muhire et Raphaël York pouvaient toucher plus de ballons. Plus ces milieux pouvaient avoir de l’influence sur le jeu, plus Muhozi et Mugisha, buteur au match aller, pouvaient être haut sur les ailes. Les deux excentrés se sont signalés à plusieurs reprises, mettant en difficulté les latéraux béninois sur les débordements. 

Le Bénin trop attentiste en première mi-temps

Le Bénin était à la base dans une démarche de jouer la prudence, vu qu’ils étaient à l’extérieur. Et l’entame de match des Rwandais a encore plus anéanti les velléités offensives du Bénin en début de partie. Matéo Ahlinvi, dans un rôle plus défensif pour pallier l’absence de Jordan Adéoti, a eu un peu de mal face au défi physique imposé par l’entrejeu rwandaise. Le côté gauche était le côté fort des Amavubis. Par conséquent, la défense béninoise a eu des difficultés à droite. Melvyn Doremus symbolise assez cela. Il a d’ailleurs concédé un penalty, qui n’a pas heureusement abouti à un but. Cela a posé deux problèmes au Bénin. D’une part, on concédait assez de situations chaudes de ce côté et d’autre part, Doremus censé avoir un apport offensif, ne montait pas. 

Pourtant, le Bénin aurait pu exploiter une faille côté Rwandais. Sur les relances, la ligne défensive du Rwanda était assez éloignée de celle des milieux. Ce qui donnait la possibilité aux Guépards avec un pressing haut, de récupérer des ballons dans des zones dangereuses. Mais, les joueurs ont préféré jouer à la prudence. Dans le cas où l’équipe n’arrivait pas à récupérer les ballons, elle risquait de laisser des espaces derrière. Il n’y a pas du tout eu de pressing béninois en première mi-temps. Même pas un bloc médian devant la défense pour bloquer les relances. 

Les Guépards accélèrent, les guêpes piquent

La première mi-temps reste quand même dans l’ensemble équilibré avec des occasions de chaque côté. On avait l’impression que la tendance s’inversait chaque 5 minutes. Le Bénin était obligé de proposer plus dans le jeu en seconde période. Quelques réajustements sont effectués. Le premier mouvement notable est la position plus haute de Junior Olaitan sur le terrain. Comme au match aller après l’ouverture du score des Rwandais, le joueur de Niort est en pointe haute au milieu et peut apporter plus offensivement. Youssouf Assogba et Melvyn Doremus, décevants, sont remplacés par Imourane Hassane et Rachidi Moumouni. Ce qui va dynamiser le côté droit du Bénin, en plus du côté gauche où Jodel Dossou faisait déjà de bonnes choses. 

Face à la menace, le Rwanda décide de répondre avec une défense en ligne. L’objectif, jouer le piège du hors-jeu face à des joueurs qui vont souvent prendre la profondeur. C’est une option risquée, mais qui peut être payante lorsque c’est bien exécuté. Sauf que sur le but, ils se font piéger de fort belle manière par Jodel Dossou. Celui-ci, hors-jeu au départ, s’est vite replacé avant la passe de Junior Olaitan, pendant que la défense pensait avoir réussi son coup. En misant sur le jeu en profondeur, les Guépards se sont créé d’autres bonnes occasions. L’égalisation rwandaise contre le cours du jeu a amené Gernot Rohr à faire entrer Mounié pour avoir un jeu plus direct. Les actions moins construites du coup, ont été plus simples à gérer pour les Rwandais. Et c’est dans cette configuration que le match s’achève. Le Bénin a fait offensivement ce qu’il fallait pour gagner, mais une erreur défensive aura tout gâché. Un peu comme au match aller où une erreur en début de match a condamné l’équipe à courir derrière le nul plutôt que la victoire.

Votre bulletin d’informations…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Votre bulletin d’informations…