Vous êtes ici :

Rwanda-Bénin: Adéoti out, un casse-tête au milieu

Le Bénin défie demain le Rwanda chez lui dans le cadre de la 4e journée des éliminatoires de la CAN 2024. L’enjeu est de taille, gagner pour se relancer totalement dans la course à la qualification. Mais avant ce match crucial, les Guépards sont privés d’un cadre au milieu, Jordan Adéoti. Ce qui redistribue les cartes dans ce secteur de jeu.

Les Guépards du Bénin sont arrivés en terres rwandaises, diminués. Sessi d’Almeida, Josué Tchibozo et Jordan Adéoti, réclamés par leurs clubs, ont dû quitter le groupe. Parmi ses trois forfaits, celui de Jordan Adéoti est le plus problématique à quelques heures du match face au Rwanda.

Une perte très préjudiciable 

L’on ne se rend pas encore compte à quel point l’absence de Jordan Adéoti est une mauvaise nouvelle. Le Bénin est d’ores et déjà privé d’un titulaire à son poste pour la manche retour. Qui plus est un des plus expérimentés. Ce qui a son importance pour les matchs à enjeu, à l’extérieur de surcroît. La deuxième raison est que c’est pratiquement le seul milieu défensif de l’effectif. Sessi d’Almeida pour son abattage au milieu aurait pu être un palliatif. Mais lui aussi étant dans la même situation, ne sera pas de la partie. Toutefois, il ne peut avoir le même apport que Jordan Adéoti. Ce dernier a un profil rare. En plus de son travail à la récupération, il est le seul ces dernières années dans ce secteur qui a le bagage technique pour relancer proprement. Son aisance balle au pied peut créer des fois de l’excès de confiance, l’exemple le plus connu est le ⅛ de finale de la CAN face au Maroc. Mais globalement, le joueur a toujours été un gage de confiance dans ce compartiment. Et son match il y a une semaine au stade GMK ne fait que le confirmer. Mais à présent, il va falloir faire sans le patron de l’entrejeu béninois.

Des alternatives, pas de certitude 

Plusieurs solutions s’offrent à Gernot Rohr. Le problème est que chacune des options a une faille. Avant de se lancer dans les spéculations, une donnée s’avère très importante. Les choix au milieu dépendront du schéma de jeu qui sera mis en place, et donc si on aura une défense à trois ou quatre. Comme évoqué dans la troisième partie des articles consacrés à Gernot Rohr, on pourrait de nouveau partir sur une défense à trois. Dans ce cas, deux formations sont envisageables : le 3-5-2 et le 3-4-3. Pour ce match retour particulièrement, le second choix semble plus approprié. Le 3-4-3 donne plus d’élan offensif à l’équipe tout en la gardant équilibrée afin de protéger la défense. On aurait donc deux milieux récupérateurs. Matéo Ahlinvi part d’office titulaire vu qu’il se retrouve malgré son jeune âge à être un des plus expérimentés dans ce secteur. À ses côtés, il faudrait un profil défensif, stabilisateur pour lui permettre de monter de temps en temps et soutenir les offensives. Dans ce registre, Imourane Hassane pourrait être propulsé à la place de titulaire. C’est le seul joueur dont le profil se rapproche de celui de Jordan Adéoti.

Après avoir dépanné au poste de latéral au match aller, il retrouverait donc son poste de prédilection. Option intéressante, mais peu probable par contre, retrouver le duo Dokou-Hassane des U20. Il est peut-être encore un peu tôt pour donner aux deux à la fois les clés du milieu. Dodo Dokou a quand même fait une très bonne entrée face au Rwanda à Cotonou. Le 3-5-2 reste aussi une alternative sérieuse. Si le dispositif du match aller est reconduit, soit Imourane Hassane remplace numériquement Adéoti, soit Dodo Dokou est titularisé pour la première fois. Ce qui signifierait que Ahlinvi va descendre d’un cran. Difficile à envisager tout de même, car Ahlinvi est encore assez tendre pour jouer devant la défense. Le seul critère qui pourrait amener Gernot Rohr à ne pas titulariser Imourane Hassane est celui de l’expérience. Mais le joueur a montré même en jouant à un poste qui n’était pas le sien, qu’il pouvait être à la hauteur de l’événement. Sa titularisation au milieu entraînerait celle de Melvyn Doremus, qui est un vrai latéral droit. Mais si toutes ces options ne sont pas du goût du technicien franco-allemand, on pourrait assister un coup de poker juste lunaire.

Le coup le plus improbable 

Le scénario le plus fou serait de voir Gernot Rohr aligner un défenseur central de métier au poste de milieu récupérateur. L’enjeu ici est de trouver un joueur devant la défense, capable de protéger celle-ci des assauts adverses. Ceci, afin que les milieux relayeurs si c’est un milieu à trois, ou les pistons puissent monter pour les phases offensives. C’est en cela que ce choix ne serait pas si dénué de sens. Mais pour cela, il faut un défenseur axial, qui a aussi une qualité technique permettant de relancer. Car avec un pari du genre, le risque est de perdre le ballon dans des zones dangereuses. Le joueur qui a le potentiel pour jouer ce rôle sur un match est Olivier Verdon. Mais cela reste un choix peu probable pour un match aussi décisif. Avec la défection de Jordan Adéoti, c’est encore moins envisageable de titulariser Stéphane Sessegnon. Tous les milieux qui seront alignés devront s’attendre à faire beaucoup de courses. La débauche d’énergies sera assez importante. 

Votre bulletin d’informations…

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Votre bulletin d’informations…