Vous êtes ici :

Il est temps de voir le Tosin Aiyegun du FC Zürich en sélection 

Le Bénin défie le 17 Juin prochain les champions d’Afrique Sénégalais pour le compte de la cinquième journée des éliminatoires de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations. À moins d’une semaine de ce match crucial, Koudenvoi continue de faire le tour des meilleures forces en présence côté Guépards. Le guépard du jour est Tosin Aiyegun du FC Zürich.

Au moment de parler des internationaux béninois les plus en forme en club, difficile de ne pas citer le nom de Tosin Aiyegun. Cependant, le rendu en sélection n’est toujours pas celui espéré, du moins sur les derniers rassemblements. Le joueur sort d’une belle saison en club et est de nouveau attendu pour être un des hommes providentiels pour le match crucial face au Sénégal.

Tout feu tout flamme à Zürich 

Tosin Aiyegun continue de progresser de saisons en saisons du côté de la Suisse. L’exercice 2022-2023 est sa saison la plus aboutie de sa carrière. 40 matchs, 16 buts et 3 passes décisives pour l’international béninois avec le FC Zürich toutes compétitions. Mieux, lorsqu’on s’intéresse au nombre exact de minutes disputées, 2735 plus précisément, cela fait l’équivalent de 30 matchs à peu près. Le joueur est décisif toutes les 171 minutes, soit un peu plus d’un match sur deux. 

En championnat plus particulièrement, Tosin Aiyegun a fait trembler les filets à 12 reprises en 27 matchs en tout. Le Zurichois est 5e ex-aequo au classement des buteurs de la Super League Suisse. La progression du Guépard sur le plan statistique est assez nette. Il a marqué deux fois plus de buts que lors des saisons précédentes en championnat. 

Bilan mi-figue mi-raisin avec la sélection 

Avec de telles performances en club, Tosin Aiyegun est forcément très attendu en sélection. L’attaquant du FC Zürich a fait ses débuts en sélection il y a un peu plus d’un an. Des débuts tonitruants avec deux buts marqués dès ses deux premières sélections. Des buts face au Liberia et la Zambie durant le tournoi amical, l’Antalya Cup disputé par le Bénin. Tournoi disputé en Turquie et remporté par le Bénin. 

Mais depuis, plus grand chose. Une dernière éclaircie pendant la déroute des Guépards face aux Lions de la Teranga au match aller (1-3) puis des performances très moyennes. Tosin Aiyegun est en manque de réussite depuis 4 matchs. Mais au-delà de ça, c’est plus ses prestations par rapport aux attentes qui sont inquiétantes. À croire que le joueur n’est aussi à l’aise qu’avec le FC Zürich. 

Le positionnement idéal à trouver

Le profil d’attaquant de Tosin Aiyegun est assez particulier. Il est souvent présenté comme un avant-centre, mais ce n’est pas forcément le cas. Au vu des différentes prestations du joueur, on peut en déduire qu’il se sent mieux dans deux configurations. La première, en soutien de l’attaquant dans un 3-4-3. Un schéma qu’on peut aussi nommer le 3-4-2-1 vu que les deux soutiens sont légèrement plus bas que l’attaquant de pointe. Dans ce schéma, on peut croire que Tosin Aiyegun joue le rôle d’ailier, ce qui n’est pas exactement le cas. L’animation du couloir est plutôt assurée par les pistons. Il se retrouve donc entre la zone du joueur de couloir et celle de l’avant-centre. Cette zone qu’on appelle dans le football moderne, le “half-space”, le demi-espace. C’est dans cette position qu’il a joué durant son mois de février monstrueux en club avec 4 buts en 4 matchs.

Toutefois, Tosin Aiyegun est aussi capable de jouer plus haut. Ce à condition d’être associé à un autre attaquant. C’est d’ailleurs en étant associé à Steve Mounié devant qu’il a joué ces premiers matchs avec les Guépards avec la réussite qui a suivi. Mais sur le dernier match face au Rwanda, il a été laissé seul en pointe. Ceci ajouté au fait qu’il n’a pas été beaucoup servi puis longtemps voué à faire du pressing sont à la base de son match décevant. Pourtant, il avait été plus intéressant en première mi-temps du match aller face au rwandais, associé à Jodel Dossou. Le bémol a été sa maladresse sur certaines occasions assez franches. 

Il faut également souligner l’instabilité qui règne pour le moment. Entre le règne bref de Moussa Latoundji, l’arrivée de Gernot Rohr et ses expérimentations pour trouver la bonne formule, Aiyegun doit aussi trouver ses repères.

Votre bulletin d’informations…

Votre bulletin d’informations…