Vous êtes ici :

Guépards version Gernot Rohr : vers un possible changement (Analyse Partie III)

11 entrants benin rwanda 22_30_2023
11 entrants benin rwanda 22_30_2023
11 entrants benin rwanda 22_30_2023
11 entrants benin rwanda 22_30_2023

Koudenvoi a débuté en prélude à la double confrontation du Bénin face au Rwanda, une série d’articles. Cette série portait sur ce à quoi pouvait ressembler l’équipe des Guépards sous Gernot Rohr. À quelques heures du match retour, voici la troisième et dernière partie de la trilogie. 

Le match aller Bénin-Rwanda au Stade Général Mathieu Kérékou a permis d’en savoir plus sur ce que Gernot voulait faire de l’équipe. La première partie de la série portait sur les possibles changements au niveau des statuts et la hiérarchie des joueurs à chaque poste. La deuxième s’intéressait au système de jeu que pouvait mettre en place le franco-allemand. Après son baptême de feu, c’est le moment de dire ce qu’il en ressort sur ces deux aspects.

Défense à 3 expérimentale… ou pas 

Parmi les différentes options envisagées, pas évident de s’attendre à celle-ci. Mais c’est bien ce que Gernot Rohr a privilégié. Une défense à trois défenseurs centraux pour une équipe disposée en 5-3-2 modifiable en fonction du déroulement du match. Une composition d’équipe qui pourrait paraître surprenante pour une équipe qui était censée aller chercher la victoire. Mais dans un premier temps, le technicien franco-allemand a fait le choix de la sécurité. On ne le répétera pas assez, mais le groupe n’a presque pas eu le temps de s’entraîner ensemble. Dans un match où on fonce sans certitude, il était important d’assurer l’arrière-garde. Cependant, le plan a semblé voler en éclat après 12 minutes de jeu avec l’ouverture du score du Rwanda. Mais dans l’ensemble, la défense à l’image de toute l’équipe a pu s’adapter au cours du match aux exigences de ce schéma. C’est pour cela qu’il est fort probable qu’on parte de nouveau sur une défense à trois. Car quoi qu’on en dise, elle a donné plus ou moins des garanties. Hormis les premières minutes de tâtonnements, les Guépards n’ont plus concédé beaucoup d’occasions. Le schéma permet à l’équipe d’occuper la largeur du terrain derrière. Ce qui a permis à l’équipe même en position haute de récupérer des ballons peu de temps après les avoir perdus. 

La jeunesse bientôt au pouvoir  

Dans l’entrejeu, pas encore de conclusion définitive à tirer. Mais des enseignements importants pour la suite. Et la première chose qui ressort est qu’on assiste à un renouvellement progressif. Le milieu de terrain a dernièrement été le talon d’Achille de l’équipe. D’une part, parce que les titulaires habituels étaient vieillissants et du coup assuraient moins. D’autre part, l’absence de Stéphane Sessegnon en sélection a privé ce secteur de la touche technique qu’il lui fallait. À présent, il y a plusieurs jeunes joueurs qui postulent pour une place de titulaire et cochent les deux cases. Des milieux avec un gros volume de jeu, du fait de leur jeunesse et plus fins techniquement. Le premier nom qui ressort est celui de Matéo Ahlinvi qui après avoir attendu patiemment son tour, s’installe petit à petit. Junior Olaïtan est à présent une valeur sûre, mais peut également jouer à d’autres postes. Dodo Dokou et Imourane Hassane, qui a joué latéral droit face au Rwanda, ont fait aussi des débuts remarquables chez les A. C’est pour toutes ces raisons que la place de titulaire n’est plus forcément assurée pour un joueur comme Sessi d’Almeida. Il reste important de rappeler que Jordan Adéoti reste malgré tout le patron du milieu. Du moins, pour l’instant. Cette jeunesse est certes prometteuse, mais restera encadrée par les anciens, Jordan Adéoti et surtout Stéphane Sessegnon.

La bonne formule à long terme 

Pour l’instant, Gernot Rohr va vraisemblablement continuer de chercher une bonne formule pour les matchs couperets. Mais on peut déjà se projeter pour essayer de voir ce qui pourrait être « la formule » sur le long terme. Gernot Rohr, fidèle au 4-2-3-1 avec le Nigeria, fait pour l’instant un diagnostic de la situation. Il est plus dans une logique de s’adapter aux réalités du milieu plutôt que directement imposer sa philosophie. Partons du principe qu’il va de nouveau tenter la défense à trois centraux face au Rwanda. Si le choix s’avère payant, il est fort probable qu’il continue sur ce chemin. Ce qui offre deux possibilités pour l’instant : un schéma en 5-3-2 qui peut passer en 3-5-2 ou alors une formation en 3-4-3. Le problème qui s’est posé avec le 3-5-2 au match aller est que cela a un peu limité l’impact des Guépards même durant leur temps fort. La faute au fait qu’il n’y avait vraiment personne pour animer le côté droit. Pas d’ailier à droite et Imourane Hassane n’était pas à l’aise dans ce rôle de latéral offensif/piston. Voilà pourquoi sur le long terme, le 3-4-3 pourrait être le dispositif idéal si Gernot Rohr compte continuer de jouer à trois derrière. Trois centraux et deux milieux défensifs à récupération devraient assurer une assise défensive. Les deux pistons feront les allers-retours dans les couloirs tandis qu’il y aura trois véritables attaquants. Et pour le coup, on aura deux ailiers qui animeront les côtés pour alimenter l’avant-centre en centre ou alors repiquer à l’intérieur pour frapper. Les possibilités restent donc infinies pour Gernot Rohr.

Votre bulletin d’informations…

4 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Votre bulletin d’informations…