Vous êtes ici :

Guépards U20: Des motifs de satisfaction malgré l’élimination 

Guépards U20
Guépards U20 célébrant un but lors de la CAN U20 2023
Guépards U20
Guépards U20 célébrant un but lors de la CAN U20 2023

La CAN U20, c’est terminé pour le Bénin. Les Guépards juniors se sont inclinés sur la plus petite marge face aux lionceaux du Sénégal (1-0). La fin d’un parcours au cours duquel il y a eu du mauvais, mais aussi du bon.

Les Guépards U20 du Bénin ont eu des problèmes dans certains secteurs de jeu durant cette compétition. Le poste de gardien de but a été un casse-tête, ainsi que l’attaque qui aura été stérile. Des lacunes qui ont coûté cher aux Guépards. La place par défaut de meilleur 3e qui amène l’équipe béninoise à tirer un gros calibre dès les ¼ de finale ; le Sénégal. Mais tout n’est pas à jeter à l’issue de l’expédition égyptienne. Le Bénin a brillé dans certains compartiments de jeu. Et quelques joueurs ont symbolisé cela. Les rares motifs d’espoir pour l’avenir.

Le ministre de la Défense 

Le Bénin a encaissé 3 buts en 4 matchs, soit moins d’un but par match. La défense aura été un des atouts qui ont permis aux Guépards de ne pas faire piètre figure à ce tournoi. Le joueur qui a le plus incarné cette solidité défensive, c’est le capitaine Ouorou Tamimou. Leader naturel de la sélection et très attendu pour cette compétition, il a répondu présent. Que ce soit aux côtés de Kader Malick ou Philippe Winsavi, il est resté égal à lui-même, avec par moment des airs d’un Khaled Adenon, son illustre aîné. Le joueur de La Gantoise a été irréprochable sur la plupart de ses interventions, alliant physique et science défensive. Dans cette équipe à la qualité technique très limitée sur du jeu long, c’est l’un des seuls à surnager avec de longues transversales qui trouvaient souvent preneur. Hormis le but contre son camp face à la Gambie lors du troisième match de poule, il aura rendu une copie propre à chaque fois. Un C.S.C sur lequel il ne pouvait pas faire grand-chose.

Les porteurs d’eau 

Si l’attaque béninoise n’a pas été productive durant la compétition,ce n’est pas faute d’avoir eu des joueurs pour animer les côtés. À gauche comme à droite, il y a eu de la percussion, du déséquilibre avant que dans le dernier geste, ça ne pêche. Sur le côté gauche, un joueur a fait bonne impression. Il s’agit du latéral gauche Rabiou Sankamao. Le joueur d’Aspac a apporté sa vivacité sur ses montées, a dynamisé son côté gauche en vue de dynamiter les blocs adverses. D’un point de vue technique, il a réussi à faire des différences, notamment lors du match face à la Tunisie lors de la deuxième journée. Ses centres n’ont pas toujours été impeccables, mais les attaquants n’ont pas également su profiter des fois où il envoie de bons ballons. On peut également parler de Abdoul Rachid Moumouni, son alter ego sur le côté droit. Le joueur d’Ayema a même fait partie de l’équipe type de la phase de groupes . Olatundji Tessilimi a également beaucoup apporté sur les côtés même s’ il a beaucoup pêché dans la finition. Mention spéciale tout de même à Rodolfo Aloko, le seul buteur béninois de la compétition.

Les tours jumelles du milieu 

L’entrejeu aura été le secteur dans lequel le Bénin a le plus brillé. De la production offensive à la solidité lors des phases défensives, ce secteur a donné satisfaction. Imourane Hassane n’a pas été étranger à cela. Le joueur de Loto-Popo a été la tour de contrôle au milieu. Souvent au départ des actions, c’est lui qui lance les attaques béninoises. Son aisance technique lui permet de s’extirper du pressing adverse. Un peu bas sur le terrain, il récupère, ratisse beaucoup de ballons. En gros, un bon profil “box to box” comme le disent les Anglais. Tout ça lui a permis d’être l’homme du match face au Sénégal malgré la défaite. Impossible de parler d’Imourane Hassane sans évoquer son compère au milieu, Dodo Dokou . Le joueur du Smouha Sporting Club en Égypte a aussi réalisé une bonne compétition. Les deux joueurs ont développé une belle complémentarité. Imourane, plus bas, en rôle de stabilisateur, et Dodo Dokou qui peut jouer plus haut pour faire des différences. Les deux joueurs inversent de temps en temps les rôles, preuve de la palette technique large de chacun. Les deux premiers matchs leur ont permis particulièrement de briller.

Le Bénin a dominé la majeure partie du match face à la Zambie. Face à la Tunisie, les deux joueurs à tour de rôle, ont bien soutenu le pressing haut, récupérant beaucoup de ballons. Pas étonnant que Dokou soit désigné homme du match face à la Zambie et Imourane face à la Tunisie.

La compétition des Guépards s’arrête donc en quart de finale pour un bilan de:

  • 4 matchs 
  • 0 victoire
  • 2 matchs nuls
  • 2 défaites 
  • 1 but marqué
  • 3 encaissés 

Cela s’est joué sur de petits détails à chaque fois. C’est le moment de tirer des leçons de cette expérience. L’objectif sera de participer à la prochaine édition et de ne pas encore attendre 10 ans pour être de retour. Aux dernières nouvelles, le nouveau sélectionneur des A, Gernot Rohr, pourrait appeler un des joueurs de l’aventure pour son premier rassemblement. L’enjeu est aussi de voir ces joueurs avoir du temps de jeu pour prendre la relève en équipe A. Les secteurs ayant brillé à la CAN sont ceux dans lesquels l’équipe fanion a besoin de sang neuf. La compétition terminée, les joueurs rejoindront bientôt leurs clubs pour la suite de la saison.

Votre bulletin d’informations…

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Votre bulletin d’informations…