Vous êtes ici :

CAN U20 2023: les erreurs à éviter pour le Bénin face aux Tunisiens

image équipe U20 du Bénin CAN 2023
image équipe U20 du Bénin CAN 2023

Le Bénin a démarré sa compétition le 21 février dernier face à la Zambie. Les guépardeaux ont réussi à accrocher les champions d’Afrique 2017 (1-1) et récolter un point. Certes, les poulains de Mathias Deguenon ont livré une prestation impressionnante, mais tout n’a pas été rose. Retour sur les grands enseignements à tirer de ce match. 

10 ans après la désillusion algérienne, le Bénin faisait son grand retour à la CAN U20 mardi dernier. Les guépards juniors ont épaté tout le public béninois en produisant un jeu fluide et un football porté vers l’avant. Autre fait marquant de ce match, les Béninois ont enfin retrouvé le chemin des filets à la CAN Junior, 18 ans après. Le dernier but des U20 remontait au 29 juillet 2005 et était signé, Abdoulaye Ouzerou. Un but marqué, oui, mais beaucoup de ratés… 

Un manque criard de réalisme 

Les guépardeaux ont été les maîtres du jeu pendant la majeure partie de la rencontre. En témoigne, leur taux de possession qui est de 61 %. Les chipolopolo juniors, quant à eux, n’ont eu que 38 % de possession sur tout le match. Le premier fait notable dans l’équipe du Bénin, c’est le manque de précision devant les buts. Avant le but de Rodolfo Aloko à la 57e, les guépardeaux ont vendangé un nombre important d’occasions. Farid Edou par deux fois en première mi-temps, a raté le coche alors qu’il était dans des positions favorables. Même le buteur, Aloko, a opéré des mauvais choix dans le premier acte de la rencontre. Plusieurs fois sur des actions bien construites, les guépardeaux se sont emmêlés les pinceaux au moment de fructifier les actions. 

Une attaque non redoutable

En deuxième temps, Dodo Dokou et ses coéquipiers ont continué sur la lancée de la première période. Possession de balle, occasions nettes, mais pas de buts. Le milieu de terrain Rabiou Sankamao pensait ouvrir enfin la marche à son équipe avec son but, mais rien n’y fit. Le joueur du Dynamo D’Abomey et les siens ont continué par vendanger les occasions jusqu’au but de Rodolpho ALOKO. Quelques minutes après l’égalisation zambienne, Mathias Deguenon incorpore Zoulkaneri Seibou, Rivaldo Alitonou et Ibrahim Djalilou. Ces derniers sont restés fidèles à l’inefficacité de leurs coéquipiers. Malgré leurs tentatives, ils n’ont réussi à cadrer aucun de leurs tirs. Seibou par deux fois, puis Djalilou, avec des frappes lointaines, n’ont pu redonner l’avantage aux guépardeaux. Les statistiques du Bénin sur l’ensemble du match se présentent comme suit :

  • 16 tirs.
  • 12 non cadrés
  • 1 but inscrit

Toutefois, les Béninois ne sont pas réputés pour marquer beaucoup de buts. Au tournoi Ufoa-B U20 qui leur a permis d’être présents à la CAN junior, ils n’ont marqué que 5 buts en autant de matchs. À titre comparatif, le bourreau du Bénin en finale du tournoi, le Nigéria, a planté 9 buts en 4 matchs. Outre le mutisme des attaquants béninois, un autre point est à soulever lors du match face à la Zambie. 

Un excès de confiance fatal

Après l’ouverture du score de Rodolfo Aloko qui vient récompenser leurs efforts, les Béninois se sont vus trop beaux. Alors qu’ils avaient la possession jusque-là, les guépards juniors ont automatiquement laissé le ballon à la Zambie. La bande à Mathias Deguenon a commencé par reculer et pensait procéder en contre-attaque ou à défaut, conserver le score. Et pourtant, on ne jouait que la 57e minute. Cette nouvelle disposition a permis aux chipolopolo juniors de remonter leur bloc, qui était bas jusqu’en ce moment. Touchés dans leurs égos, les Zambiens ont alors amorcé un pressing haut qui a réussi à déstabiliser la défense béninoise. C’est d’ailleurs sous la pression de l’attaquant zambien, Derrick Bulaya, que le gardien béninois, David Agossa, a manqué sa relance qui a entraîné l’égalisation de Rickson Ng’ambi (60e). Ce n’était plus le même match tant la Zambie s’est installée dans la moitié de terrain et empêchait les Béninois de ressortir le ballon. En somme, le manque de réalisme et l’excès de confiance sont les facteurs qui ont coûté la victoire aux guépardeaux. Mathias Deguenon et son staff savent donc ce qu’il faut améliorer en vue du match face à la Tunisie cet après-midi (15 h). Aux dernières nouvelles, le match a été délocalisé au stade Haras El-Hedood d’Alexandrie et se jouera à huis clos

Votre bulletin d’informations…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Votre bulletin d’informations…