Vous êtes ici :

« Air France » sommé de verser 10 millions à deux joueurs béninois

Aifrance_Cover
Aifrance_Cover
Aifrance_Cover
Aifrance_Cover

Le verdict est tombé ! Le Tribunal de Commerce de Cotonou a tranché sur une affaire qui remonte à 2022. Il a en effet condamné la compagnie aérienne « Air France » à verser une somme totale de 10 millions F CFA à deux joueurs béninois pour refus d’embarquement et préjudices subis. Il s’agit en effet de Faouzane Bah-Chabi et Djalilou Ibrahim. 

Dans son jugement rendu le 12 janvier 2024, le Tribunal a conclu que le refus d’embarquement d’« Air France » n’était pas justifié et constituait une violation de ses obligations envers les voyageurs. En conséquence, la compagnie a été condamnée à verser à chaque plaignant la somme de cinq millions de francs CFA à titre de dommages-intérêts, totalisant ainsi 10 millions de francs CFA. 

Faouzane Bah-Chabi et Djalilou Ibrahim obtiennent ainsi gain de cause deux années après leur plainte. En effet, il faut remonter en Juillet 2022 où les deux footballeurs avaient acheté des billets d’avion auprès d’Air France pour se rendre à un stage de football au Portugal. Malheureusement pour eux, ils se sont vu refuser l’embarquement à l’aéroport de Cotonou,et ont été transférés à l’aéroport de Lomé en raison de la haute saison. Malgré une nouvelle convocation de la compagnie, ils n’ont pu voyager qu’au début du mois de septembre de la même année, selon les informations rapportées par Africaho. D’après les informations, le Tribunal avait rejeté la demande des footballeurs concernant le paiement de 2 500 euros au club portugais en raison du manque de preuves. 

« Air France » traîné en justice

Ce n’est qu’en mai 2023 que les deux joueurs béninois ont saisi le Tribunal de commerce de Cotonou accusant « Air France » pour refus d’embarquement injustifié. Ils avaient affirmé avoir été empêchés de participer au stage de football et de signer des contrats avec le club portugais, ce qui a entraîné des préjudices financiers. La compagnie a en effet exigé des pénalités de leur club d’origine et des frais supplémentaires leur ont été imposés par l’équipe portugaise.

La défense d’ « Air France » a soutenu que les joueurs étaient en possession de documents de voyage incohérents et se sont présentés à l’aéroport après la date supposée de fin du stage. De plus, la compagnie a souligné qu’elle ne pouvait être tenue responsable des décisions des autorités aéroportuaires togolaises.

Votre bulletin d’informations…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Poster commentaire

Votre bulletin d’informations…